Parasite **

Bong Joon Ho

L'histoire

Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable...


Avec

Song Kang-Ho, Lee Sun-kyun, Cho Yeo-jeong, Choi Woo-sik, Park So-Dam, Lee Jeong-eun, Chang Hyae Jin, Jung Hyeon-jun

Sorti

le 5 juin 2019


La fiche allociné

 

 

La critique d'al 1

Brillance tragiquement drôle

 

Bong Joon-ho est capable de nous faire croire à un film de genre (the host) pour faire passer quelques messages sur la très mauvaise santé de notre vieille terre, détruite à petit feu par la race humaine. Il ne lésine pas sur la brutalité et l’aspect spectaculaire de ses images, mais au final, son cinéma est bien plus fin et complexe qu’il n’y parait. « Parasite » commence comme une sorte de farce sociale, quelque chose qui serait le chaînon manquant entre Une affaire de famille (petits larcins en famille, cachant des relations pour le moins surprenantes) et La cérémonie de Chabrol (hécatombe par vengeance sociale). Toute la première partie qui voit se mettre en place le parasitage est tout à fait brillante, drôle, implacable, menée avec précision et élégance, sans occulter la possibilité de quelques dérapages, allant chercher du côté du fantastique ou de l’angoisse... le film ne serait que cela, on applaudirait déjà, mais avec la sensation d’avoir déjà vu ce type de récit. Mais l’ensemble glisse puis bascule dans une autre dimension, effarante, surprenante, marquée par un déterminisme social tout puissant. C’est terriblement cruel, désespéré, pessimiste et pourtant la forme garde sa magnificence et son ironie réjouissante jusqu’au bout. Rien de manichéen, le réalisateur ne juge personne mais grâce à une histoire qui tient autant de la tragédie que de la comédie, il pose quelques questions tranchantes sur l’organisation de nos sociétés, et qu'importe qu'elles soient orientales ou occidentales, puisqu'au fond, elles sont humaines, simplement. Brillantissime.

 

Pas encore de commentaires pour ce film

 

Envoyez votre commentaire