L’homme aux mille visages

Alberto Rodriguez

L'histoire

Francisco Paesa, ex agent secret espagnol, est engagé pour résoudre une affaire de détournement d’argent risquant d’entrainer un scandale d’Etat. L’homme y voit l’opportunité de s’enrichir tout en se vengeant du gouvernement qui l'a trahi par le passé.

Avec

Eduard Fernadez, José Coronado, Marta Etura, Carlos Santos, Luis Callejo

Sorti

le 12 avril 2017


La fiche allociné

 

 

La critique d'al 1

Arnaque trop sérieuse

 

Mille visages, c'est beaucoup dire. On pourrait dire, mille attentions pour suivre l'histoire tortueuse d'une arnaque financière qui a énormément fait parler, dans les années 90 en Espagne. Le point de vue adopté est celui d'un homme de main, pilote de profession, au courant de quelques uns des mensonges du personnage principal : Francisco Paesa, un ex agent secret qui a roulé dans la farine pas mal de monde, et en premier lieu, l'état espagnol. Ce point de vue, à la fois très proche de l'arnaqueur en chef mais aussi extérieur (on ne voit pas tous les agissements de Paesa) permet une double approche, documentaire et semble-t-il assez proche de la vérité (mais comme toute vérité, truffée de mensonges…) mais aussi dans le pur style du film d'arnaque, avec retournements, faux semblants, fausses pistes, mystères bien cachés puis dévoilés pour relancer l'intérêt (ah ah, vous avez cru cela ? eh bien non, c'est pas ça du tout, etc). Le problème, c'est que le réalisateur prend tout cela très au sérieux. On peut le comprendre, l'affaire a fait tomber un gouvernement et a montré que la corruption était encore bien présente dans un pays qui cherche à l'éradiquer. Mais le plaisir du spectateur se limite à tenter de suivre, tant bien que mal (cela dépend du degré de fatigue, de l'heure de la séance, du moelleux du fauteuil…), une intrigue qui semble parfois inutilement compliquée. L'humour est pratiquement absent, le personnage principal n'a aucune flamboyance et n'est pas attachant, ses relations avec ceux qui l'entourent se révèlent toutes plus ou moins jouées, il n'a, au fond, pas d'amis, pas d'amours, pas de valeurs. Mais ce n'est pas un monstre non plus. Juste un homme qui s'amuse (tout seul, sans nous) à gagner beaucoup d'argent et à se venger de ceux qui l'ont trahi.

Pas encore de commentaires pour ce film

 

Envoyez votre commentaire