Le daim

Quentin Dupieux

L'histoire

Georges achète un blouson en daim et voudrait être le seul sur terre à porter un blouson.


Avec

Jean Dujardin, Adèle Haenel

Sorti

le 19 juin 2019


La fiche allociné

 

 

La critique d'al 1

Vide absurde

 

Quentin Dupieux. Voir un film de ce drôle d’oiseau, c’est accepter que l’absurde habite le récit et en fasse une espèce de machin bizarre, profondément déjanté, plus conceptuel que vraiment fou. Ici, le personnage principal n’est pas un pneu, mais un blouson. Un blouson en daim, très kitsch, porté par un type qui se croit hyper malin et ne l’est pas bien sûr, joué par Jean Dujardin. Les instants où il bavarde avec Adèle Haenel permettent de respirer, de croire un peu à quelque chose, à l’existence d’une solitude, d’un personnage... les dialogues prennent soudain un ton naturel, il y a des regards, des échanges, des situations pas inintéressantes. Le reste du temps, Dujardin parle à son blouson, puis lui donne sa voix, on peut éventuellement trouver ça amusant, ou pas. L’image est comme dans tous les films de Dupieux, blafarde, sans contrastes, pleine de flous très étudiés. Le style Dupieux est bien là, reconnaissable, jusqu’à l’ineptie d’un scénario frôlant le néant. Le problème est que ce style tourne à vide. Il habille chichement un squelette d’histoire, sans aucune émotion. Sous l’artifice, le désert.

Pas encore de commentaires pour ce film

 

Envoyez votre commentaire